Audiences sur le terrain dans la communauté Batwa au Burundi

 

RIFE (Réseau Initiative for Equality) a le plaisir de vous annoncer que sa section pour droits des femmes autochtones, Femmes de RIFE (Women of RIFE), lance une initiative internationale majeure de 2021 à 2023.

Le projet, intitulé Construire un mouvement de femmes Batwa pour éliminer  la violence sexuelle et liée au genre, est soutenu par AmplifyChange – un donateur pour les droits des femmes basé à Londres. Il sera mis en œuvre en République démocratique du Congo (RDC), au Burundi et au Rwanda.

 

Contexte : RIFE a été initié en janvier 2017 lors d’une réunion d’organisations de la RDC, du Burundi et du Rwanda qui s’est tenue à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu à l’est de la RDC. Le but de RIFE est de défendre les droits, l’autonomisation et le bien-être des peuples autochtones de cette région, connus sous le nom de Batwa, Bambuti ou Pygmées. Le RIFE compte actuellement 18 organisations membres.

Première réunion à Bukavu, janvier 2017

« Femmes de RIFE » est une section du réseau composée de six organisations au sein du RIFE qui se consacrent particulièrement à l’autonomisation des femmes autochtones de la région. Nous avons fait une présentation sur les graves problèmes auxquels sont confrontées les femmes Batwa lors de la conférence 2019 de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones ; voir les deux diaporamas que nous avons présentés ici DEB’s Presentation EN et ici Belle’s Presentation FR.

Deborah et Belle aux réunions de l’UNPFII à New York, 2019

 

Le projet : Les objectifs à long terme de ce projet comprennent la construction et le renforcement d’un mouvement dirigé par les femmes batwa pour leur autonomisation et leur bien-être ; changer les normes et les comportements qui conduisent à la violence sexuelle et liée au genre contre les femmes batwa ; et trouver des moyens efficaces de protéger les femmes batwa et de répondre aux incidents de violence à leur encontre. Ces objectifs sont extrêmement difficiles et nécessiteront une série d’étapes au fil des ans.

Les étapes ou activités que nous entreprendrons au cours de ce projet comprennent :

  • la mise en place d’un réseau de communication rapide pour nous alerter sur les abus ;
  • planifier à l’avance les interventions d’urgence individuelles, si nécessaire ;
  • renforcement des capacités sur l’utilisation de la technologie et des méthodes de sensibilisation du public;
  • définir et tester des mesures efficaces pour mettre fin à la violence contre les femmes batwa ;
  • l’organisation d’ateliers « Connaissez vos droits » pour les femmes Batwa ;
  • diriger les discussions des femmes et des hommes sur les rôles de genre transformateurs et autonomisants dans le contexte de la culture autochtone ; et
  • commencer à créer une coalition régionale par et pour les femmes batwa.

 

Nos partenaires : Nous avons sept organisations partenaires dans notre projet, qui ont toutes un personnel expérimenté, dévoué et solide.

Encadrement des Femmes Indigènes et des Ménages Vulnérables (EFIM) est le chef de file et coordonne le projet. EFIM est basée à Goma, dans la province du Nord-Kivu, en RDC, qui est actuellement en état de siège déclaré par le gouvernement en raison du conflit incontrôlé qui y règne. En mai et juin 2021, ils ont également été frappés par un volcan en éruption accompagné de nombreux tremblements de terre, et le personnel a dû évacuer la ville pendant plusieurs jours.

La fondatrice et directrice exécutive d’EFIM, Madame Jeanine BANDU, est une célèbre militante des droits des femmes et de la paix en RDC. En 2018, elle a été invitée à s’exprimer devant le Conseil de sécurité de l’ONU sur les impacts des conflits sur les femmes. Très tristement, après avoir vécu des conflits et le récent volcan, Madame Jeanine est décédée du covid en septembre 2021.

Elle nous manque énormément et nous dédions notre projet à sa mémoire.

 

Heureusement, deux femmes très dévouées dirigent maintenant le projet : Mlle Gladys Mubuya (directrice exécutive par intérim) et Mme Thérèse Mujinga (chef de projet).

Gladys


Thérèse

 

Centre Wamama Batwa Tuungane (Centre pour les mamans Batwa – Unissons-nous), et Action Communautaire pour la Promotion des Défavorisés Batwa (ACPROD Batwa) : Cette organisation dirigée par les Batwa et sa section féminine sont spécialisée dans les droits des femmes et la sécurité alimentaire des familles batwa. Ils sont basés à Bukavu et Shabunda, tous deux dans la province du Sud-Kivu en RDC.

Timani

 

Actions pour le Regroupement et l’Autopromotion des Pygmées (ARAP) : Cette organisation dirigée par les Batwa se spécialise dans l’organisation des individus Batwa dans les villages ruraux pour leurs droits autochtones et leur autonomisation, et s’est engagée à intégrer des femmes Batwa fortes dans notre réseau. Ils sont basés à Bukavu et Bunyakiri, tous deux dans la province du Sud-Kivu en RDC.

ARAP rend visite aux mamans et aux enfants


ARAP rend visite aux grands-mères qui fabriquent des paniers

 

Initiative pour la Protection des Femmes Autochtones et de l’Environnement (IPROFAE) : Cette organisation travaille avec les femmes batwa depuis de nombreuses années, protégeant leurs droits et s’efforçant d’établir leur accès aux projets forestiers menés par la communauté. Ils sont basés à Bukavu et Shabunda, tous deux dans la province du Sud-Kivu en RDC.


Eliane (troisième à partir de la droite) et d’autres avocats rencontrant Batwa
devant le tribunal militaire de Bukavu

 

African Initiative for Mankind Progress Organization (AIMPO – Organisation de l’Initiative africaine pour le progrès de l’humanité) : Cette organisation dirigée par les Batwa est basée au Rwanda, où il est interdit de catégoriser les gens selon leur appartenance ethnique. Il est donc difficile de suivre la situation des Batwa là-bas. Leurs projets récents ont abordé les questions de genre ainsi que le développement d’activités génératrices de revenus pour les Batwa, qui sont extrêmement pauvres. Ils sont basés à Kigali, au Rwanda, mais se rendent fréquemment dans les villages périphériques.

Delphine

 

Voix des Femmes pour le Développement, et Union des Peuples Autochtones pour le Réveil au Développement (VOFEDE et UPARED) : Cette organisation dirigée par les Batwa et sa section féminine sont basées à Bujumbura, au Burundi, mais elles se rendent fréquemment dans les villages périphériques. L’organisation est spécialisée dans la surveillance des violations des droits de l’homme contre les Batwa et œuvre également au développement économique des communautés Batwa dans lesquelles les gens meurent littéralement de faim par manque de terre ou d’accès économique

Spès

Village Batwa au Burundi

 

Réseau Initiative for Equality (RIFE) est un réseau de droits autochtones de 18 partenaires en RDC, au Burundi et au Rwanda. Le Dr Deborah S. Rogers est leur coordinatrice internationale, aidant avec les stratégies et les projets qui nécessitent des connexions internationales. Elle est consultante pour ce projet de femmes Batwa, assistant l’organisation chef de file (EFIM) et aidant au processus de suivi et d’évaluation.

Deborah avec d’autres partenaires du RIFE à l’ONU en 2018

#####