(Français ci-dessous)

Eight indigenous Batwa community members involved in the fight to regain access to their traditional lands, now part of Kahuzi Biega National Park (PNKB) in the Democratic Republic of Congo (DRC), have been convicted and sentenced to lengthy prison terms.   

After a one-day trial filled with irregularities, on 04 February 2020 six men were sentenced to 15 years in prison plus $5000 fines, and two women to one year each. Charges included conspiracy, illegal possession of firearms, associating with criminals, and malicious destruction of the park. During the sham trial in a “mobile” court, it was claimed that these indigenous Batwa people were not really “Pygmies” (the former term used by outsiders to refer to this ethnic group), but just a criminal gang.

The timeline of the arrests, evidence-gathering phase, defense preparation, trial and sentencing were compressed into less than two weeks. The defendants were taken into custody by the Congolese Army (FARDC) on the night of 24 – 25 January; presented on 31 January before the Governor of Sud-Kivu Province; the complaint was filed on 01 February by the Congolese Institute for the Conservation of Nature (ICCN); the raid to collect evidence took place on 02 February, and the trial began and ended on 04 February, with a final judgment issued that same day.

Batwa people were evicted from the expanded park in several waves during the 1970’s, with no provisions made for alternative lands, means of subsistence or survival. (See Background, below.) After living in extreme poverty for decades, these communities are now making a last attempt to negotiate a peaceful solution with the Congolese government allowing them to return home. When park officials began losing credibility with international donors and were unable to force the Batwa communities to back down, they adopted a hardline approach including arrests and even killings.

Sadly, Batwa people often die in prison due to abusive treatment, torture, or lack of sufficient food and health care. This pattern is already playing out for the detained community members, who are not being fed, and are forced to sleep in a cold, wet sewage-contaminated spot on the ground outside the prison building. Their lives are at immediate risk.

Attorneys for Réseau Initiative for Equality (RIFE, a regional network of 18 Batwa rights groups) and Centre d’Accompagnement des Autochtones Pygmées et Minoritaires Vulnérables (CAMV, working with international NGO Forest Peoples Programme) managed to file an emergency legal appeal during the five-day appeal period of 05 to 09 February 2020. This holds open the possibility for other groups to help develop a strong legal challenge to the poorly-conducted trial.

PHOTO: Green tent is the “mobile court” paid for by the ICCN. Prisoners are the men and women wearing black and yellow cloths. Community members sentenced include Chief Jean-Marie Kasula, head of the village of Muyange in the Miti Groupement, his wife, Nsimire M’manda, as well as Kayeye Badosa, Bisimwa Mufanzala, Faida Bahati, Cirakarula Kayeye, Murhula Kashadu, and Cekanabo Kayeye. They are all former hunter-gatherers who now live by farming and gathering non-wood forest products.

 

We urgently request your help through donations to support the legal appeal and prison fees for food and housing; legal assistance by experienced attorneys; and publicizing this crisis situation widely.

 

PLEASE DONATE NOW – donations are urgently needed to support the legal appeal, the global awareness and pressure campaign, and humanitarian assistance for these families:

https://www.initiativeforequality.org/get-involved/become-a-donor/

 

CONTACT US if you can help with the legal appeal or the global awareness campaign:                                                                 

Deborah S. Rogers, President; Initiative for Equality deborah.rogers@initiativeforequality.org

 

Background

For the past 40 years, there have been off-and-on attempts to regain lands in the park (PNKB), or at least access to traditional resources such as natural medicines. These attempts have resulted in an estimated 10 deaths of Batwa over recent years. In December of 2018, the efforts to reclaim certain lands in the park heated up when a group of Batwa men moved into the park and made a stand. Since then, several attempts at negotiation have failed when signed agreements were subsequently violated by Park officials and the Institute for the Conservation of Nature (ICCN).

These problems at PNKB have followed the pattern, well-documented for other large nature reserves, in which the indigenous people who lived in and protected the habitat for centuries or even millennia were suddenly evicted and subsequently harassed or even shot as poachers when attempting to return home. Traditional land rights held by indigenous peoples around the world often conflict with the desire to develop or extract resources from their lands, thus leading to conflicts and even killings in order to grab the land. Misguided attempts to protect the lands from exploitation often lead to further abuses of the habitat and wildlife, as well as the indigenous people themselves.

The Park and ICCN officials have been using a strategy of division among the Batwa people. They visit the poverty-stricken communities to promise education for the children and food for all. Since sentencing Jean-Marie Kasula and other Miti Groupement community members to prison on 04 February, PNKB has distributed food (vegetable oil, maize flour and beans) in nearby Batwa communities to confuse the issue and discourage support for those who were sentenced.  

The current legal attacks are designed to frighten the Batwa communities near the park into giving up their indigenous rights and their hope for the future. This attempt must not be allowed to succeed.  

 

References

Documentation of the pattern of abuses of indigenous peoples living in areas that are taken for parks and nature reserves, compiled by IPS News, Survival International, and Buzzfeed:

Articles on the current crisis, some using the inflammatory language of park and military officials (e.g. “le chef groupe de guerre pygmée”):

 

Autochtones Batwa condamnés à la prison pour la réapparition des terres traditionnelles

 

Huit membres de la communauté autochtones Batwa impliqués dans la lutte pour retrouver l’accès à leurs terres traditionnelles, qui font maintenant partie du parc national de Kahuzi Biega (PNKB) en République démocratique du Congo (RDC), ont été condamnés à de longues peines de prison.

Après un procès d’une journée rempli d’irrégularités, le 04 février 2020, six hommes ont été condamnés à 15 ans de prison en plus de 5 000 $ d’amende, et deux femmes à un an chacune. Les accusations incluaient le complot, la possession illégale d’armes à feu, les relations avec des criminels et la destruction méchant du parc. Au cours du procès fictif devant un tribunal militaire en chambre foraine, on a prétendu que ces autochtones Batwa n’étaient pas vraiment des «Pygmées» (l’ancien terme utilisé par des étrangers pour désigner ce groupe ethnique), mais simplement un gang criminel.

Le calendrier des arrestations, la collecte des preuves, la préparation de la défense, le procès et de la détermination ont été comprimès en moins de deux semaines. Les défendeurs ont été arrêtés par l’armée congolaise (FARDC) dans la nuit du 24 au 25 janvier ; ils ont présenté le 31 janvier devant le gouverneur de la province du Sud-Kivu ; la plainte a été déposée le 01 février par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) ; le raid pour recueillir des preuves a eu lieu le 02 février ; et le procès a commencé et s’est terminé le 04 février, avec un jugement final rendu le même jour.

Les Batwa ont été expulsés du parc, élargis par plusieurs vagues au cours des années 1970, et aucune disposition n’a été prise pour des terres de remplacement, les moyens de subsistance ou de survie. (Voir ‘Contexte’, ci-dessous.) Après avoir vécu dans une pauvreté extrême pendant des décennies, ces communautés font maintenant une dernière tentative pour négocier une solution pacifique avec le gouvernement congolais pour leur permettant de rentrer chez elles. Lorsque les responsables du parc ont commencé à perdre leur crédibilité auprès les donateurs internationaux et n’ont pas été en mesure de forcer les communautés Batwa à reculer, ils ont adopté une approche radicale y compris des arrestations et même des meurtres.

Malheureusement, les membres du peuples Batwa meurent souvent en prison en raison de traitements abusifs, de tortures ou d’un manque de nourriture et de soins de santé. Ce tendance se manifeste déjà pour les membres de la communauté détenus, qui ne sont pas nourris, et qui sont forcés de dormir dans un endroit froid et humide contaminé par les eaux d’égout sur le sol à l’extérieur du bâtiment de la prison. Leur vie est en danger.

Les avocats du Réseau Initiative for Equality (RIFE, un réseau régional de 18 groupes de défense des droits des Batwa) et du Centre d’Accompagnement des Autochtones Pygmées et Minoritaires Vulnérables (CAMV, en collaboration avec l’ONG internationale Forest Peoples Programme) ont réussi à déposer un appel judiciaire d’urgence au cours de la période d’appel de cinq jours du 5 au 9 février 2020. Cela ouvre la possibilité à d’autres groupes de contribuer à développer d’une forte contestation juridique de ce procès mal mené.

PHOTO: La tente verte est le « chambre foraine » payé par l’ICCN. Les prisonniers sont les hommes et les femmes qui portent des vêtements noirs et jaunes. Les membres de la collectivité condamnés comprennent : Jean-Marie Kasula, chef du village de Muyange dans le groupement Miti, son épouse, Nsimire M’manda, ainsi que Kayeye Badosa, Bisimwa Mufanzala, Faida Bahati, Cirakarula Kayeye, Murhula Kashadu et Cekanabo Kayeye. Ce sont tous d’anciens chasseurs-cueilleurs qui vivent maintenant de l’agriculture et de la cueillette de produits forestiers non ligneux.

 

Nous sollicitons d’urgence votre aide par le biais de dons pour soutenir l’appel légal et les frais de prison pour la nourriture et le logement; assistance juridique par des avocats expérimentés; et faire largement connaître cette situation de crise.

 

S’IL VOUS PLAÎT DONNEZ MAINTENANT – des dons sont nécessaires de toute urgence pour soutenir l’appel juridique, la campagne mondiale de sensibilisation et de pression, et l’aide humanitaire pour ces familles:  https://www.initiativeforequality.org/get-involved/become-a-donor/

CONTACTEZ-NOUS si vous pouvez aider avec l’appel juridique ou la campagne de sensibilisation mondiale:  Deborah S. Rogers, présidente; Initiative for Equality   deborah.rogers@initiativeforequality.org

 

Contexte

 

Au cours des 40 dernières années, il y a eu des tentatives intermittentes pour regagner des terres dans le parc (PNKB), ou du moins l’accès aux ressources traditionnelles telles que les médicaments naturels. Ces tentatives ont entraîné environ 10 décès de Batwa au cours des dernières années. En décembre 2018, les efforts pour récupérer certaines terres du parc se sont intensifiés lorsqu’un groupe d’hommes batwa s’est installé dans le parc et a pris position. Depuis lors, plusieurs tentatives de négociation ont échoué lorsque les accords signés ont ensuite été violés par les responsables du parc et l’Institut Congolaise pour la conservation de la nature (ICCN).

Ces problèmes à PNKB ont suivi le modèle, bien documenté pour d’autres grandes réserves naturelles, dans lequel les peuples autochtones qui ont vécu et protégé l’habitat pendant des siècles ou même des millénaires ont été soudainement expulsés et par la suite harcelés ou même abattus comme braconniers lorsqu’ils tentaient de revenir Accueil. Les droits fonciers traditionnels détenus par les peuples autochtones du monde entier entrent souvent en conflit avec le désir de développer ou d’extraire des ressources de leurs terres, conduisant ainsi à des conflits et même à des tueries pour saisir de la terre. Les tentatives malavisées de protéger les terres contre l’exploitation conduisent souvent à de nouveaux abus de l’habitat et de la faune, ainsi que des populations autochtones elles-mêmes.

Les responsables du parc et de l’ICCN ont utilisé une stratégie de division entre les Batwa. Ils visitent les communautés pauvres pour promettre l’éducation pour les enfants et la nourriture pour tous. Depuis la condamnation de Jean-Marie Kasula et d’autres membres de la communauté de Miti Groupement à la prison le 04 février, PNKB a distribué de la nourriture (huile végétale, farine de maïs et haricots) dans les communautés Batwa voisines pour semer la confusion et décourager le soutien aux personnes condamnées.

Les attaques légales actuelles visent à effrayer les communautés batwa proches du parc à renoncer à leurs droits autochtones et à leur espoir pour l’avenir. Cette tentative ne doit pas être autorisé à réussir.

 

Références

 

Documentation du modèle d’abus des peuples autochtones vivant dans des zones qui sont prises pour des parcs et des réserves naturelles, compilée par IPS News, Survival International et Buzzfeed:

http://www.ipsnews.net/2016/09/militarised-conservation-threatens-drcs-indigenous-people-part-1/

http://www.ipsnews.net/2016/09/militarised-conservation-threatens-drcs-indigenous-people-part-2/

https://www.buzzfeednews.com/article/tomwarren/wwf-world-wide-fund-nature-parks-torture-death?bfsource=relatedmanual

https://www.buzzfeednews.com/article/katiejmbaker/wwf-report-human-rights-abuses-rangers?bfsource=relatedmanual

https://www.buzzfeednews.com/article/katiejmbaker/wwf-eu-messok-dja-fears-repression-ecoguards?bfsource=relatedmanual

https://www.buzzfeednews.com/article/tomwarren/wwf-hires-former-top-un-human-rights-official-to-oversee?bfsource=relatedmanual

 

Des articles sur la crise actuelle, certains utilisant le langage incendiaire du parc et des responsables militaires (par ex. “le chef groupe de guerre pygmée”):